Comment identifier une crise economique ?

20
Partager :

La vie d’une entreprise n’est pas une longue rivière tranquille. Mais entre les difficultés à surmonter et une crise réelle, comment faire la différence, les signes sont apparemment les mêmes ? Afin de ne pas être pris sans volonté d’identifier et d’analyser les causes des problèmes rencontrés sont à la fois une compréhension lucide des fondamentaux de l’entreprise et la fuite de certains facteurs.

A lire également : Que devez-vous savoir sur des SCPI de rendement avant d'y investir ?

Au-delà des symptômes…

Ce sont les indicateurs financiers qui donnent l’alerte : chiffre d’affaires, trésorerie, dette, clients et fournisseurs en cours… Mais d’où vient le problème ? La perte d’un grand client, un produit qui ne rencontre pas le succès, la diversification risquée, l’arrivée d’un concurrent en apesanteur, un climat social difficile, un changement de réglementation, une perte de confiance des consommateurs ou, au contraire, une croissance rapide mais mal maîtrisée aura les mêmes conséquences, mais ne se gérer de la même manière. Certes, certaines situations, telles que des changements politiques ou économiques majeurs, comme le Brexit, ne relèvent pas de la responsabilité du dirigeant, d’autres sont le résultat de ses choix tactiques et stratégiques.

A lire en complément : Qui touche la prime Macron ?

An-ti-ci-Per !

Le jugement sur les tableaux de bord financiers reste insuffisant. Quand les lumières deviennent rouges, il est souvent trop tard. Si l’argent nécessaire à la continuité des opérations manque, il faut un miracle pour remédier à la situation : « gouverner c’est prédire », a déclaré le journaliste Émile de Girardin. Ce que le patron d’AccorHotels, Stéphane Bazin, illustre en expliquant : « Dans 10 ou 15 ans, mon problème ne sera plus AirBnB. D’autre part, il y a probablement trois crétins, peut-être en Asie, qui inventent un service qui va me casser les pieds ! Pour détecter un risque et éviter une crise, le business manager et son équipe disposent d’une multitude de signaux, internes ou externes, leur permettant de détecter les risques de crise, mais souvent, inconsciemment, ils les sous-estiment ou même les ignorent.

Un obligation ardente : mettre en place un tableau de bord des prévisions de crise

Mettre en œuvre une veille technique et marketing sur ses partenaires, clients, fournisseurs, concurrents, surveiller la réputation de sa marque sur les réseaux sociaux, suivre l’évolution des ressources humaines (taux de rotation du personnel, démissions de cadres, difficultés de recrutement), toutes bonnes pratiques à déployer sans retard. Avec le soutien d’un gestionnaire de transition ?

Partager :