Comment ouvrir une petite entreprise en France ?

Chaque année, des centaines de milliers d’entreprises sont créées en France. Créer une entreprise en France, c’est installer son siège social en France. En effet, c’est le siège social qui détermine la nationalité de l’entreprise. Néanmoins, même si les frontières définissent la nationalité des entreprises, elles ne s’appliquent pas aux partenaires. L’Europe a établi un principe fondamental, celui de la liberté des biens, des biens et des personnes. La création d’une entreprise en France avec un partenaire étranger ne devrait donc pas poser de problème.

Ainsi, si l’aventure entrepreneuriale séduit, il est essentiel de se concentrer sur les associés, au cœur de ces processus créatifs. Tout comme il est possible d’être partenaire quand on est mineur, il est tout à fait possible de créer une entreprise en France avec un partenaire étranger. Bien que les formalités pour créer une entreprise en France soient identiques, la différence se fera essentiellement sur les documents à produire.

A lire également : Qu'est-ce qu'une SCI familiale ?

Résumé :

I/ Création d’une entreprise en France avec un partenaire étranger, formalités II/ Accès aux fonctions exécutives pour un partenaire étranger

I/ Création d’une entreprise en France avec un partenaire étranger, formalités

La création d’une entreprise en France par un étranger suit les mêmes étapes qu’une entreprise avec seulement des partenaires français. Pour ce faire, vous devrez écrire les articles, déposer le fichier dans le registre, écrire une publicité légale. Cependant, selon le formulaire d’entreprise choisi, mais aussi le statut du partenaire, certains documents devront être fournis. Cela dépendra également du pays d’où sortira le partenaire étranger. En effet, un titre de séjour peut être demandé afin d’autoriser l’associé à exercer ses activités en France.

A découvrir également : Quelle est le chiffre d'affaire minimum pour survivre SARL ?

A) Les personnes concernées

Cet article s’adresse à toute personne n’ayant pas la nationalité française et qui envisage d’exercer une activité commerciale, artisanale, industrielle ou libérale en France. Cet article s’applique également à toute personne qui a l’intention de s’associer à une personne qui n’a pas la nationalité française et qui se demande quelles mesures devraient être prises.

Selon la forme sociale de l’entreprise choisie et les fonctions de la personne ressortissante d’un pays autre que la France, les obligations de déclaration seront différentes.

Une différence importante dans la création d’une entreprise en France avec un partenaire étranger sera faite sur le pays d’origine du partenaire en question.

B) Établir une société en France avec un partenaire étranger avec un ressortissant européen

L’étranger associé sera considéré National européen si elle provient de l’un des espaces géographiques suivants :

  • pays membre de l’Union européenne ;
  • Pays membre de l’Espace économique européen (EEE) : Norvège, Islande, Liechtenstein ;
  • Confédération suisse.

Si le partenaire étranger provient de l’un de ces différents pays, les documents à fournir au registre lorsque la société est créée sera très simple. Au plus, une copie de la carte d’identité nationale sera demandée au partenaire étranger européen. Et c’est la même chose qu’on demanderait à un partenaire français. Aucun permis de séjour spécial ne sera demandé par le Greffe pour vérifier l’identité du partenaire étranger.

Ainsi, la création d’une entreprise en France avec un partenaire étranger ressortissant de l’un de ces pays suivra la procédure classique pour la création d’une entreprise en France. Petite particularité cependant. Si le partenaire européen envisage de résider en France, il doit, dans un délai de trois mois à compter de son arrivée en France, s’inscrire auprès de la mairie de la ville où il réside.

C) Établir une société en France avec un partenaire étranger qui n’est pas un ressortissant européen

La création d’une entreprise en France avec un partenaire étranger peut nécessiter des formalités supplémentaires, notamment si le partenaire étranger ne vient pas de l’un des pays mentionnés ci-dessus. En effet, initialement, si le partenaire étranger souhaite régler pour une période de plus de trois mois en France, il aura besoin de :

  • Faire une demande pour visa de long séjour avant de s’installer en France (valable trois mois).

Par la suite, il sera nécessaire de faire une demande de carte de séjour temporaire , lui permettant d’exercer une activité commerciale, industrielle ou artisanale (valable un an). À ce stade, sera surveillé :

  • La viabilité du projet qui doit générer des revenus suffisants ;
  • L’activité doit être conforme aux normes de sécurité et de santé ;
  • Respecter les critères d’accès à ces professions, tels que les diplômes, qui doivent être reconnus ;
  • Le partenaire en question ne doit pas avoir été interdit d’exercer cette profession dans son pays d’origine.

Cette carte doit indiquer qu’elle autorise le résident étranger à exercer des activités commerciales, industrielles ou artisanales. Sinon, elle ne sera pas acceptée par le Greffe au moment du dépôt.

Une fois cette carte expirée, il sera nécessaire de faire une demande pour carte de séjour pluriannuelle (valable 4 ans).

D’un autre côté, si vous avez déjà :

  • carte de résident ;
  • Carte de résident « Long Terme — CE » ;
  • Une carte de résident algérien de 10 ans.

Vous pouvez déjà démarrer le processus de création d’une entreprise.

Vous pouvez également créer une entreprise en France depuis l’étranger (pays d’origine). Dans ce cas, depuis 2014, vous n’avez plus à demander une déclaration dans la préfecture. Toutefois, cela pourrait rendre plus difficile l’exécution du mandat de direction. En effet, le dirigeant doit respecter la tenue d’assemblées générales, par exemple, ce qui l’oblige à être physiquement présent.

II/ Accès aux fonctions exécutives pour un partenaire étranger

A) Le fonctions d’un officier

La création d’une entreprise en France avec un partenaire étranger peut avoir des conséquences sur les fonctions exercées par ce partenaire dans la société. Encore une fois, cela dépendra de la question de savoir si le partenaire en question est un ressortissant de l’Union européenne, de l’Espace économique européen ou de la Confédération suisse, ou s’il vient d’un pays étranger.

Si l’associé est National européen , alors il n’y aura pas d’impact. Le partenaire étranger, ainsi qu’un partenaire français, seront en mesure d’exercer toutes les fonctions au sein de l’entreprise. Il peut aussi bien être le gérant d’une LLC en tant que président d’une SAS. Rien ne l’empêchera également d’être directeur général d’un SAS. Le partenaire dont la nationalité n’est pas française n’aura qu’à présenter une copie de sa carte d’identité étrangère.

Pour un partenaire étranger Nationale non européenne , ce sera également des fonctions de gestion d’accès possibles. Toutefois, il doit être inscrit sur son permis de séjour pour pouvoir effectuer de telles fonctions.

Cependant, il sera intéressant de s’interroger sur la résidence fiscale de l’agent. En fait, nous sommes considérés comme des résidents fiscaux du pays où nous avons nos intérêts économiques et privés. Mais si le partenaire étranger qui ne réside pas en France passe beaucoup de temps dans ce pays, il pourrait être forcé d’être imposé à la fois à l’entreprise mais aussi personnellement en France.

B) Confidentialité de l’information

Selon la forme sociale de l’entreprise choisie ou les fonctions qui y sont exercées, le partenaire étranger peut apparaître sur le KBIS. Ce tableau résume les associés qui apparaîtront sur le KBIS selon la forme juridique choisie.

SARL

SAS

SCI
Mention des partenaires sur le KBIS

Uniquement les gestionnaires

Seuls les présidents ou directeurs généraux

Tous les partenaires sont inscrits sur la KBIS

C’est donc pour les partenaires qui seront mentionnés sur le KBIS qu’une copie de la carte d’identité nationale sera requise. Si le partenaire étranger est un ressortissant européen et devra figurer sur le KBIS, une simple copie de sa carte d’identité suffira également. Mais pour créer une entreprise en France avec un partenaire étranger, le partenaire devra fournir une copie de son permis de séjour.

Ainsi, les informations relatives à l’identité du partenaire qui apparaîtront sur le KBIS seront :

  • Son nom, prénom, adresse de domicile, date et ville de naissance ;
  • La qualité occupée au sein de l’entreprise ;

Cependant, leader français en tant qu’étranger, en tout cas, il sera tenu de fournir une déclaration de non-condamnation et de filiation. Ce certificat attestera que l’agent n’a fait l’objet d’aucune condamnation judiciaire.

Maintenant, s’associer à un partenaire étranger n’a pas de secret. Les formalités au Greffe ne sont pas plus compliquées lors du dépôt auprès du Greffe. Ce qui diffère essentiellement, ce sont les modalités à réaliser en amont, pour pouvoir résider sur le sol français et exercer des activités commerciales, industrielles et artisanales.

Articles Similaires

Show Buttons
Hide Buttons