Puis-je vivre dans une caravane sur mon terrain ?

Dans un article précédent, vous avez été présenté dans un aperçu de la législation relative aux habitats alternatifs. On vous a dit que pour installer une maison alternative (yourte, petite maison, caravane…), aucun permis de construire n’était requis. Les yourtes, les petites maisons, les remorques et autres logements démontables ne peuvent être installés sur aucun terrain. Alors, est-il possible de poser une maison alternative sur un terrain inconstructible ?

A découvrir également : Quel apport pour être marchand de bien ?

Est-il possible de poser une yourte, une petite maison, une caravane sur un terrain inconstructible pour y vivre toute l’année ?

Non, on ne peut pas s’installer toute l’année sur n’importe quel terrain. L’ensemble du territoire français est soumis à la législation et ces lois sont valables pour tout le monde, qu’il soit propriétaire ou non du terrain.

Lire également : Quel statut pour un vendeur auto ?

Lorsqu’un terrain est considéré comme constructible ou inconstructible et que des logements alternatifs peuvent-ils être librement installés sur un terrain constructible ? Dans quel cas peut-on mettre légalement une petite maison, une yourte, une caravane, une caravane sur un terrain inconstructible ? Pouvons-nous nous installer toute l’année sur un « récréatif sol » ?

Le Plan de planification locale (PLU) délimite 4 zones différentes.

1- Peut-on vivre librement toute l’année dans une yourte, une petite maison, une caravane, un Tipi… quand le terrain est constructible ?

  • Installez une maison alternative (Yourte, Tiny House…) dans ZONE URBAINE (Article R 123.5 du Code de l’urbanisme) : « Les zones urbaines sont appelées « zones U ». Ce sont les zones déjà urbanisées avec des installations publiques existantes ou en cours. C’est généralement dans ces zones que se trouve des terres constructibles. Remarque : Lorsque vous installe un habitat alternatif léger et amovible du type Yourte ou Tiny House plus de 3 mois dans la zone urbaine, seule une déclaration à la mairie est nécessaire.Notez également : Attention à l’assainissement Zonage ! Les logements situés dans les zones d’assainissement collectif sont obligés de se connecter à l’assainissement public pour le traitement des eaux usées. Les logements dans les zones d’assainissement individuelles sont obligés d’installer un système autonome de traitement des eaux usées. La mairie est obligée pour vérifier la conformité de l’installation. Enfin note : Une parcelle est constructible lorsqu’elle est entretenue ou en état de service (électricité, téléphone et eau). Mais aucun logement ne doit être connecté à ces réseaux.

  • LA ZONE À URBANISER (article R 123.6 du code d’urbanisme) « Les zones à urbaniser sont appelées « zones de l’UA ». Les zones naturelles de la municipalité destinées à être ouvertes à l’urbanisation peuvent être classées comme zones à urbaniser. La région de l’UA n’est pas encore équipée de réseaux d’entretien, mais la municipalité a identifié ce secteur pour développer l’urbanisation à court, moyen ou long terme. Il existe deux types de zone AU : les zones 1AU (constructibles parce qu’à proximité des réseaux routiers, eau, électricité, assainissement) et 2AU zones (non constructibles parce éloignées des réseaux routiers, eau, électricité, égouts) .Note : La loi ALUR prévoit une densification dans les zones urbaines afin de promouvoir le reclassement en zones naturelles des anciennes zones à urbaniser. En conséquence, dans la pratique, la politique actuelle d’urbanisation vise à empêcher la propagation de terrains constructibles pour protéger les zones non urbanisées. Théoriquement, les logements alternatifs ne peuvent être installés que sur des terrains constructibles généralement situés dans la zone urbaine ou dans la zone d’urbanisation 1AU. Mais la loi ALUR fait une mention spéciale aux habitats légers (yourte, tipi, caravane, mobil-home…) et prévoit des exceptions en ce qui concerne l’installation sur des terrains inconstructibles.

2- Terrain inconstructible : quelles sont les exceptions pour les habitats démontables légers ?

Ce que l’on appelle communément « terrain récréatif » sont des terres inconstructibles. On ne peut pas y vivre toute l’année. La désignation de « terrains récréatifs » relève de la catégorie d’utilisation et non d’une catégorie légale du Code d’urbanisme. Ce sont des terres agricoles ou naturelles, il est donc nécessaire de se conformer à la législation en vigueur en fonction de la nature de la terre.

  • Pouvez-vous installer une petite maison, une yourte ou un autre type de logement léger et amovible SUPERFICIE AGRICOLE (Articles L 123.1.5 et R 123.7 du code d’urbanisme) ? La constructibilité de la superficie agricole est limitée. Ces zones sont protégées en raison du potentiel agronomique, biologique ou économique des terres agricoles. Seules les constructions nécessaires à la ferme (hangars, granges pour le bétail, etc.) sont autorisées. Pour pouvoir y construire votre maison, vous devez être un agriculteur.

  • Pouvons-nous installer un logement écologique et autonome ZONE NATURELLE ET FORESTIÈRE (Articles L 123.1.5 et R 123.8 du Code d’urbanisme) ? Non, les zones naturelles et forestières connues sous le nom de « zones N » sont des aires protégées.
  • PASTILLES sont des zones non constructibles définies dans le PLU réservées aux logements mobiles. Un mobile home est une résidence facilement amovible à tout moment. Les utilisateurs doivent résider en permanence ou au moins huit mois par an.Remarque : Une déclaration préalable doit être faite. Si la superficie totale est supérieure à 40 m², un permis de développement sera requis. Vous pouvez installer votre propre équipement si le terrain n’est pas desservi par les réseaux publics (eau, assainissement, électricité).

En résumé : en théorie, on ne peut même pas installer une habitation amovible sur un terrain inconstructible. Néanmoins, depuis la loi ALUR, le PLU (plan d’aménagement local) a délimité des granulés (normalement non constructibles) réservés aux habitations légères et démontables (yourtes, Tiny House, Tipi, caravane…). Il est donc possible d’installer toute l’année son logement amovible/mobile que si le terrain n’est pas constructible est un granulé . En fait, peu d’hôtels de ville ont accepté d’arranger ces granulés dans leur PLU. D’autre part, il est tout à fait possible d’installer un logement alternatif sur un terrain constructible, mais le logement doit respecter le zonage sanitaire  : si le logement se trouve dans une zone d’assainissement collectif, le logement doit être raccordé au système d’évacuation des eaux usées de la salle municipale. Si le logement se trouve dans une zone d’assainissement individuelle/autonome, le logement doit être doté d’un système d’assainissement autonome.

En savoir plus

  • Le site gouvernemental qui explique la différence entre zone d’assainissement collectif et zone d’assainissement individuel/autonome
  • Un agriculteur peut-il vivre toute l’année sur ses terres agricoles ?
  • Plus d’informations détaillées sur les 4 domaines du plan de planification locale
  • Ils vivent dans la yourte

Articles Similaires

Show Buttons
Hide Buttons