Quel pourcentage entre retraite et complémentaire ?

11
Partager :

Afin de « remédier aux difficultés financières rencontrées par les régimes complémentaires de retraite  », l’accord interprofessionnel du 30 octobre 2015 a introduit à partir du 1er janvier 2019 un « coefficient de solidarité » de 0,90 pour une période de 3 ans, applicable à compter de la date de liquidation du pension de retraite complémentaire. Cette décote s’applique à tous les nouveaux retraités qui remplissent les conditions du plein taux, c’est-à-dire qui prennent leur retraite avec tous leurs quartiers.

Selon une évaluation initiale, le malus Agirc-Arrco ne « gagne » pas beaucoup, et même beaucoup moins que prévu. En 2019, les souscripteurs préféraient partir avec un malus plutôt que d’attendre un an. Les partenaires sociaux espèrent des économies de 600 millions d’euros en 2020, ce qui ne serait que de 300 à 400 millions d’euros.

Lire également : Quand commencer à épargner pour la retraite ?

Pouvons-nous échapper à 10% de malus en retraite supplémentaire ? quelles sont les exemptions prévues dans l’accord ?

Changement de son Retraite

Un rabais de 10% aussi appelé « Minorant  » s’applique au montant de votre pension de retraite complémentaire, pour 3 ans. Si vous déplacez votre retraite de 12 mois, la coupe de cheveux ne sera pas appliquée. Le point de départ pour la période de 12 mois n’est pas l’âge légal de 62 ans, mais l’âge du plein taux, c’est-à-dire l’âge à partir duquel vous avez acquis tous vos quartiers d’assurance (par exemple, pour la génération née entre 1958 et 1960, il est nécessaire de totaliser 167 trimestres pour recevoir votre pension de base à plein taux). Par exemple, si vous atteignez 167 trimestres à 63 ans, vous devez cotiser jusqu’à 64 ans pour être exempté du coefficient de réduction.

A découvrir également : Quel est le montant de la prime de Noël pour le RSA ?

Des primes ou des coefficients importants sont fournis : si vous déplacez la liquidation de votre retraite d’au moins 2 ans, vous bénéficiez d’une augmentation de votre pension Agi-Arrco de 10% pendant un an. Dans l’exemple précédent, il faut envisager une retraite à 65 ans pour bénéficier de cette prime, pendant un an.

Cette augmentation est portée à 20% si vous déplacez la liquidation de votre pension complémentaire d’au moins 3 ans, à 30% si vous différez la liquidation d’au moins 4 ans. Dans l’exemple précédent, la prime de 30 % sera versée pendant 1 an en supposant un début à l’âge de 67 ans.

Centrer dans une catégorie particulière

Si vous bénéficiez d’une retraite anticipée dans le cadre du régime de base à taux plein pour inapte au travail, en tant qu’assuré handicapé, vous serez exonéré du coefficient minoritaire. Ainsi, les assurés jugés inaptes au travail avec un taux d’invalidité permanente de 50 % sont exemptés, les assurés reconnus comme une incapacité permanente partielle de 20% ou plus à la suite d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle, les bénéficiaires d’une pension d’invalidité de 2 et 3° catégorie…

Retraite avant d’avoir tous les quartiers

En prenant l’exemple d’un assuré né en 1958 qui totalise 167 trimestres à son 63e anniversaire, s’il décide de partir à 62 ans, il bénéficiera d’un rabais définitif sur sa pension de base et complémentaire les droits en fonction du nombre de trimestres manquants pour obtenir le plein taux et seront exemptés de la décote temporaire Agirc-Arrco. De même, si l’assuré décide de racheter 3 trimestres, il partira à 62 ans avec un rabais définitif correspondant à 1 trimestre mais sans escompte temporaire sur sa pension Agirc-Arrco.

Ainsi, un arbitrage peut être effectué entre le remboursement des trimestres, la décote définitive et l’escompte temporaire sur la retraite complémentaire. Pour valider le moment d’un rachat trimestriel, il est également nécessaire de tenir compte de l’impact sur l’impôt sur le revenu, puisque le rachat trimestriel est déductible du revenu imposable. Le recours à un expert en retraite pour analyser et valider les différents scénarios peut s’avérer utile, même si nécessaire en fonction de la complexité des hypothèses envisagées…

.

Partager :