Quel âge maximum pour travailler ?

Les salariés sont désormais autorisés à poursuivre leur activité au-delà de l’âge légal de la retraite (60 ans), dans un délai maximum de cinq ans, en vertu d’un décret exécutif publié avant-hier dans le dernier Journal officiel.

« Le travailleur peut choisir, à sa demande, de poursuivre son activité au-delà de l’âge légal de la retraite dans la limite de cinq (5) ans », stipule le décret fixant les modalités de la poursuite de l’activité après l’âge légal du retraité, signé par le Premier Ministre Abdelaziz Djerad.

A lire aussi : Quel est le montant de la prime de Noël pour le RSA ?

Afin de bénéficier de cette mesure, un employé qui a opté pour la poursuite de son activité après l’âge légal de la retraite doit présenter une demande écrite, datée et signée par lui, déposée auprès de l’employeur, au moins trois mois avant l’âge légal de la retraite, a noté le texte, ajoutant que dans considération, l’organisation patronale émettra un reçu de dépôt.

« Le travailleur peut transmettre sa demande de poursuivre l’activité auprès de l’organisme patronale, si nécessaire, par quelque moyen que ce soit, y compris par lettre recommandée avec accusé de réception », explique le même décret, notant que la personne doit avoir du travail lors du dépôt de la demande de poursuite de son activité après l’âge de la retraite.

A voir aussi : Quel est le montant de la prime de Noël pour le RSA ?

« L’employeur ne peut refuser la réception de la demande déposée par le travailleur qui a opté pour la poursuite de son activité après l’âge légal de la retraite, conformément aux dispositions du présent décret », se lit dans le même décret. L’employeur ne peut prendre sa retraite « unilatéralement » pour une période de cinq ans.

Le texte stipule également qu’un travailleur qui a poursuivi son activité après l’âge légal de départ et qui souhaite bénéficier de sa retraite avant l’âge de 65 ans est tenu de présenter une demande de retraite au moins deux mois avant la date prévue pour la retraite. Enfin, le texte note que « l’employeur peut décider de départ à la retraite officielle du travailleur à partir de l’âge de soixante-cinq (65) ans ou plus ».

Dans un autre chapitre, les pensions de retraite seront revalorisées pour 2020 à des taux allant de 2 à 7 % à partir du 1er mai, dans le cadre de l’augmentation et de l’amélioration du pouvoir d’achat des retraités.

Le taux de majoration est fixé à 7 % pour les pensions inférieures ou égales à 20 000 DA, à 4 % pour les pensions allant de 20 000 à 50 000 DA, à 3 % pour les pensions supérieures à 50 000 DA et à 80 000 et à 2 % pour les pensions et allocations supérieures à 80 000 DA, selon le ministère de l’Emploi, du Travail et de la Sécurité sociale.

Ces augmentations seront versées en juin 2020 avec effet rétroactif pour mai. Au total, 3,2 millions de bénéficiaires de prestations de retraite sont actuellement enregistrés en Algérie.

Les départs à la retraite pour l’exercice 2018 sont d’environ 50 000, en baisse par rapport à 2015 et 2016, qui a vu des départs entre 150 000 et 200 000 personnes, selon le Directeur de la Caisse nationale de retraite.

Ce dernier a reconnu que « la situation financière du CNR, très favorable en 2010 et 2012, s’est malheureusement détériorée à partir de 2014 et 2015, atteignant un niveau assez élevé en 2016 et 2017 après le départ massif avant l’âge légal de plus d’un million de personnes ».

Articles Similaires

Show Buttons
Hide Buttons