Micro-entreprise et auto-entreprise : y a-t-il une différence ?

10
Partager :

Depuis 2016, il y a eu une fusion des appellations micro-entreprise et auto-entreprise. Par conséquent, les deux forment désormais un seul et même statut. Même si le terme auto-entrepreneur est toujours utilisé dans le langage courant, le régime existant sur le plan légal est celui de micro-entrepreneur. Il convient dès lors de connaître les résultats d’une telle fusion et les spécificités du statut de la micro-entreprise.

Micro et auto-entreprise : des termes utilisés différemment pour désigner un seul et même statut

Il est possible d’utiliser les termes micro-entreprise et auto-entreprise, car ils font tous allusion au même régime. D’ailleurs, l’appellation officielle qui apparaît sur les documents administratifs est « micro-entreprise ».

A lire également : Comment réussir son petit commerce ?

Avant 2016, on se demandait quel statut était le mieux entre la micro-entreprise et l’auto-entreprise, car il y avait de réelles différences entre les deux. L’auto-entreprise était un statut encore plus simplifié que la micro-entreprise. Et pour cause, il donnait à l’auto-entrepreneur la possibilité de profiter de deux régimes avantageux. Il s’agit du régime micro-social simplifié et de l’option pour le régime micro-fiscal simplifié.

Le premier consistait à calculer les cotisations en se basant sur le chiffre d’affaires réalisé, avec l’application d’un taux variant selon le type d’activité. Quant à la seconde option, elle permettait aux auto-entrepreneurs de s’acquitter de leurs impôts sur le revenu à travers un pourcentage prélevé directement sur leurs chiffres d’affaires bruts.

A découvrir également : Qui peut bénéficier de la prime exceptionnelle ?

différence micro-entreprise et auto-entreprise

Pourquoi a-t-on fusionné la micro-entreprise et l’auto-entreprise ?

Bien qu’il ne soit plus possible de choisir entre auto-entrepreneur et micro-entrepreneur, il est important de connaître les avantages de la fusion de ces régimes. En réalité, depuis la mise en place du statut unique de micro-entreprise, les entrepreneurs qui lancent leur micro-entreprise sont automatiquement affiliés au régime micro-social, ce qui fait profiter de nombreux avantages.

D’abord, les formalités de création sont devenues plus simples. Ensuite, vous bénéficiez d’une franchise en base de TVA tant que votre chiffre d’affaires reste inférieur à 85 800 euros pour les activités de vente ou d’hébergement. Le plafond est de 34 400 euros pour les prestations de services. Enfin, vous aurez accès aux régimes micro-social et micro-fiscal.

Les spécificités de la micro-entreprise

Désormais, lorsque vous faites votre déclaration micro-entrepreneur, vous êtes soumis d’office aux régimes micro-fiscal et micro-social.

Le régime micro-fiscal

Il s’agit d’un régime fiscal simplifié qui vous permet d’être imposé sur votre chiffre d’affaires, ceci après déduction d’un abattement forfaitaire en guise de frais professionnels. Ainsi, vous bénéficiez d’un abattement applicable, quel que soit le montant des charges réellement supportées. Vous ne serez alors plus obligé de déduire chacune de vos charges de votre chiffre d’affaires. Pour précision, l’abattement varie selon la nature de l’activité exercée.

Le régime micro-social

C’est un régime social simplifié fonctionnant sur la base d’un taux réduit de prélèvement forfaitaire. Ici, le montant des charges va alors dépendre de celui du chiffre d’affaires encaissé. En tant que micro-entreprise, vous pouvez choisir de déclarer et de payer vos cotisations de manière mensuelle ou trimestrielle.

Vous savez maintenant quel terme utiliser entre la micro-entreprise et l’auto-entreprise. Une meilleure compréhension des avantages de leur fusion vous sera également utile pour la bonne marche de votre structure.

Partager :