Bitcoin vs Ethereum : quels sont les différences entre ces cryptomonnaies

29
Partager :

Comprendre le fonctionnement des cryptomonnaies : Bitcoin et Ethereum

Si tout le monde a plus ou moins entendu parler des cryptomonnaies, notamment les Bitcoins (BTC), pour autant, connaître leur fonctionnement n’est pas aussi simple qu’il n’y parait. Le guide acheter-des-bitcoins.fr peut vous accompagner.

Règles générales sur la cryptomonnaie

Une cryptomonnaie est une monnaie virtuelle, c’est-à-dire qu’elle n’a pas d’existence physique, mais permet de faire des achats par le biais uniquement d’Internet. Elle ne dépend d’aucune institution et elle est émise selon le principe de pair à pair (P2P), c’est-à-dire un réseau d’échange où chaque entité est à la fois client et serveur. Toutefois, sa valeur est assurée uniquement par son chiffrage, elle ne fait l’objet d’aucun cours légal, ni de régulation par un établissement quelconque ou un Etat. Il s’agit malgré tout d’une monnaie sécurisée et transparente. En effet, la traçabilité des opérations est consultable sur le grand livre des comptes, mais l’on ne connaît pas l’identité des deux parties de la transaction.

Lire également : Ethereum : les frais élevés sont-ils synonymes de réussite ?

La technologie Blockchain (système qui permet à ses utilisateurs, connectés en réseau, de partager des données sans intermédiaire) est utilisée pour la vérification et la transmission des données, ce qui lui assure une grande sécurité. En effet, ces blocs contenant les écritures ne peuvent être modifiés, et vont s’ajouter un à un pour former la Blockchain.

La genèse des Bitcoins (BTC) et Ethereum (ETH) et leur raison d’être

Le BTC est la première cryptomonnaie au monde, sa création date de 2009 par un certain Satoshi Nakamoto dont on ne connaît rien, du fait qu’il s’agit d’un pseudonyme. C’est le succès du BTC qui a donné naissance à l’ETH en 2015, par Vitalik BUTERIN, un russo-canadien d’à peine 19 ans, informaticien entrepreneur. Pour autant, il n’est que le co-fondateur, car la création de l’ETH a bénéficié de l’assistance d’autres programmeurs.

A lire aussi : Comment gagner de l'argent sans rien payer ?

En réalité, ces monnaies peu démocratisées sont rarement utilisées comme moyen d’échange, notamment en France où seuls 289 commerces les acceptent. En revanche, elles servent plus couramment à l’investissement boursier, on parle alors de trading cryptomonnaie.

Comparatif BTC et ETH

Le système de base de ces deux cryptomonnaies, comme des autres, est très proche, mais certaines caractéristiques importantes les différencient.

Les similitudes…

  • Le BTC et l’ETH fonctionnent sur un système décentralisé, c’est-à-dire comme nous l’avons évoqué précédemment, elles ne dépendent d’aucune autorité telle une banque centrale ou un État. Elles jouissent d’une totale liberté du fait de l’absence d’intermédiaire,
  • Leurs transactions sont sécurisées et transparentes, car elles utilisent le système des Blockchains,
  • Elles utilisent la preuve de travail des mineurs (ceux chargés de vérifier la validité des transactions en contrepartie d’une rémunération) et récompensent les plus rapides sous forme de token,
  • Enfin, ces 2 cryptomonnaies sont disponibles sur des plateformes d’exchange et la plupart des bourses spécialisées permettent des transactions avec elles. Leur mode d’acquisition est semblable, c’est-à-dire soit par échange P2P, soit par dépôt d’argent liquide auprès d’un distributeur.

Les différences

Si dans les grandes lignes BTC et ETH se ressemblent, elles présentent tout de même des différences notables :

  • Les frais de transaction : ils sont relatifs à la rapidité des transactions opérées. Avec le BTC, plus les frais sont élevés, et plus la transaction est traitée rapidement par les mineurs. L’ETH fonctionne avec un système de gaz, c’est-à-dire que le coût de la transaction est défini en gaz, et correspond au prix à payer aux mineurs.
  • La taille des blocs : la taille du bloc d’un BTC est limité à 1Mo, quant à l’ETH ils correspondent à la quantité de gaz admissible par bloc, soit au maximum 6,7 millions.
  • La circulation des tokens : le BTC prévoit une circulation limitée à 21 millions, ce qui a pour but de lui donner de la valeur du fait de sa rareté. Pour l’ETH, aucune limite existe, mais cela induit une moindre rémunération des mineurs.
  • Des objectifs divergents : Le BTC a été créé pour se substituer à la monnaie classique et au système bancaire courant. L’ETH a, quant à lui, été mis au point afin de permettre le développement des applications décentralisées (Dapp) qui séduisent souvent les professionnels de domaines très variés. Le Dapp fonctionne en système P2P ou blockchain, et permet de s’affranchir de serveurs classiques. De ce fait, cela offre aux entreprises un anonymat total.

Découvrez la décentralisation de ces cryptomonnaies : https://link.springer.com/chapter/10.1007/978-3-662-58387-6_24

Partager :